La consommation d'alcool diminue le niveau vibratoire. C'est systématique pour tout le monde. Il n'y a pas d'exception.

Dans notre société on boit de l'alcool pour compenser les limitations qu'on s'impose. Les limitations qu'on se crée et qu'on se laisse poser. Ce sont les conditionnements. On vit sous pression permanente, la pression d'être un bon employé, d'être un bon patron, d'être un bon élève, d'avoir un bon diplôme, d'être un bon mari, d'être un bon père, d'être une belle femme, d'être une bonne mère, d'être un bon ami, d'être... Par rapport aux autres, par rapport aux normes, par rapports aux règles fixées par la société. On ne peut pas être pleinement soi-même, nous fait-on croire, alors on doit se réprimer, cacher et étouffer notre véritable nature, troquer notre liberté contre des conditionnements inconscients et conscients. On rentre dans la case prévue pour nous, même si notre forme d'origine ne le permet pas, on se découpe, on se réduit, on se limite pour y entrer.

Pour faire ce qu'on attend de nous. Pour devenir ce qu'on attend de nous.

On ne s'autorise pas à être véritablement soi-même.

L'alcool est alors un moyen de relâcher la pression constance, de fuire cette réalité de limitations qui rend malheureux. On est malheureux, car on n'est pas libre, on n'est pas pleinement soi-même. On étouffe. On boit pour oublier son malheur et tous les compromis qu'on a accepté de faire. On boit pour faire une parenthèse et se donner l'illusion d'être libre, enfin. On boit pour relâcher la pression. C'est alors que l'alcool permet de laisser sortir les émotions moisies à l'intérieur, les émotions qu'on ne laisse pas s'exprimer au quotidien, qu'on ne s'autorise pas. Les tristesses, les colères, les rancoeurs... Les personnes a l'égo trop faible vont soudain s'autoriser à prendre leur place en parlant fort et en gesticulant, les personnes à l'égo trop fort vont se mettre à pleurer, ce qu'ils considèrent dans leur quotidien comme un act de faiblesse...

Pour certains, l'alcool rend méchant. Pourquoi ? Parce qu'il y a une profonde détresse à l'intérieur. Une profonde colère. Des peurs extrêmement bien enfouies. Des émotions lourdes et moisies. Depuis des années, des décennies, depuis des vies. Les choses qu'on ne guérit pas ne disparaissent pas, elles restent en retrait à l'intérieur et elles empirent. Il faut s'en occuper. L'alcool sert d'exutoire, pas de solution. Les émotions moisies refont surface et sont exprimées de façon destructives, pour soi et pour les autres, mais la racine reste à l'intérieur et continue de peser au quotidien. On ne se débarrasse pas de ses fardeaux et de ses maux par l'alcool. Ce n'est qu'illusion. L'alcool les met en lumière mais ne les supprime pas, ils restent à l'intérieur. Ils attendent qu'on se décide à se guérir enfin, à arrêter de fuir.

On croit que l'alcool est festif. Il ne l'est pas. Il aide à lâcher les limites, les contraintes, à sortir pendant un temps de ses conditionnements. C'est une excuse pour ne pas faire le travail de guérison nécessaire à jeun. C'est une fuite. C'est une destruction de soi. A petite ou grande dose, un verre d'alcool en rentrant le soir à la maison ou lors d'un rassemblement (concert, soirée...), le contexte et la quantité ne changent rien à la conclusion.

L'alcool nourrit les basses vibrations. On ne s'élève pas par la consommation d'alcool. On se cache. On s'enlaidit. Et le lendemain on fait comme si de rien et on retourne à nos conditionnements, nos automatismes, notre vie de robot anesthésié.

Ces comportements sont stupides. Oui, c'est de la bêtise que de perdre son temps à fuire au lieu de se prendre en main. Vous avez des tas de blessures à guérir, des traumatismes liées à cette vie et aux vies passées. Des émotions à guérir, un égo à équilibré, un mental à calmer, un coeur à ouvrir. Alors ! 
Vous avez la chance d'être incarné dans une période d'évolution extrêmement rapide. Si vous voulez vous transformer et vous y consacrer pleinement, complètement, vous pouvez percevoir des changements en un mois, et être totalement transformé en trois. Si vous vous investissez complètement et que vous commencez à fréquenter les bonnes personnes. 
On le dit assez, mettez-vous au travail. Oui, c'est un travail, un travail sur soi. Arrêtez de vous donner des excuses.
Maîtrisez vos pensées, arrêtez de penser négatif. Stop. Arrêtez, maintenant. Installez une discipline, soyez attentif. Du coup, arrêtez de fréquenter les gens qui sont négatifs, de lire et regarder des vidéos négatives. Soyez logique !
Maîtrisez vos émotions, arrêtez de les étouffer. Isolez-vous et laissez-les sortir en paix.
Maîtrisez votre égo, prennez votre place dans l'espace en vous tenant droit, exprimez-vous avec les mots justes en articulant, faites du sport, ou à l'inverse pour les égo trop forts taisez-vous, respirez profondément par le ventre et posez des moments de silence dans vos journées.

Vous avez TOUTES les clefs en main, on ne cesse de vous le répéter. Sur internet, dans les livres, en consultations, en cours... Il existe plein de méthodes faites pour s'adapter aux gouts et aux capacités de chacun. Une huile essentielle, une respiration, un mouvement de yoga...
Vous n'avez aucune excuse pour ne pas avancer, si ce n'est pas votre paresse. C'est plus facile, bien sûr, de rester un robot et de ne prendre aucune responsabilité.

 

Oui, il m'arrive de me mettre en colère, la colère est nécessaire, j'en ai déjà parlé. Evidemment que les Guides et la Hiérarchie de la planète, incarnés et non incarnés, permettent une accélaration de vos guérisons, mais vous devez agir et prendre vos responsabilités. Nous ne sommes pas là pour le faire à votre place. C'est VOTRE responsabilité d'individu autonome.

Un être guéris et a la vibration élevée n'a AUCUNE attirance et aucun intérêt à consommer de l'alcool. Ne vous bercez pas d'illusion. L'alcool n'a rien à faire dans notre corps.

Mathilde M

http://mathildemarchand.canalblog.com/